Cap sur le monde

05/02/2018
14H30
Philippeville | Centre Culturel | Les Halles

Reportage de Michèle et Jean Meuris

Le Punjab est la patrie des sikhs. Ils représentent  seulement 2% de la population de l’Inde et se reconnaissent d’emblée par des signes distinctifs, symboles de leur appartenance religieuse.

Un peuple fier, on le dit de caractère martial.

Et pourtant lorsqu’on pénètre la cité sainte d’Amritsar, on ne peut réfréner un sentiment de paix, d’’éblouissement face au Temple d’Or, haut lieu du sikhisme.

Mais le Punjab ne se résume pas à cette unique image, une Inde méconnue offre au voyageur curieux bien des attraits, au-delà des monuments si beaux soient-ils.

Elle est rurale, laborieuse et joyeuse.

De la frontière indo-pakistanaise à Kila Raipur et Anandpur Sahib ville sacrée des guerriers Nihangs.

Un surprenant voyage entre foi, esprit guerrier et joutes olympiques. Entre modernité et traditions. Des rencontres étonnantes hautes en couleur.

 

 

Les Auteurs

Michèle et Jean se définissent comme Belges par hasard mais citoyen du monde par volonté.

Au début des années 70 le voyage en camping-car est encore marginal et la génération  « sixties » envoûtée par les mélodies du sitar de Ravi Shankar, rêve d'Orient, d’amour et de paix. C'est l'époque des "routards". Jean utilise redonne vie à une vieille camionnette achetée "à la casse" et la transforme en confortable Camping-car qu'il baptise Phénix, glorieuse renaissance pour une épave. Première aventure au bout de la Turquie, le virus du voyage s'empare des Meuris…

En autodidactes ils se passionnent pour la photographie de reportage, l'écriture et le montage.  Voyageurs au long cours, toujours vers l'Orient, entre Turquie (9 voyages), Pakistan (3 voyages) et Inde (9 voyages). Amoureux fous de ce pays au point d'y consacrer plusieurs réalisations.

Tous leurs reportages traduisent une volonté, voir le monde au-delà de l'exotisme et des stéréotypes. Ils témoignent d'un vécu, d'une réflexion qui n'occulte pas les problèmes de l'actualité. Ils nous parlent de l'humain, sans moquerie ni complaisance et de  leurs traditions.

Ni insipides, ni neutres, Michèle et Jean offrent un droit de réponse au public, un débat prolonge leur projection.